MAR19SEP2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Tigreries > Canards >

Des chasses ratées

Des chasses ratées

Des chasses ratées
Mis en ligne le lundi 2 juillet 2007 ; mis à jour le mercredi 22 août 2007.

Licence: CC By-Nc-Sa
Publié dans le numéro III (juin 2007)

Faire l’amour à sa femme, c’est comme tirer un canard endormi. [Groucho Marx]

Par grand vent, nous dit TONY BURNAND (La Chasse, Denoël, 1977), les canards volent bas en suivant la rive abritée. Le canard s’envole et se pose toujours bec au vent : ne pas s’occuper de celui qui vole avec le vent ; il ne se posera pas. Question tir : M. COMBRE RICHARDS, dans The Field, affirme avantageux de se masquer le visage : car le canard a d’excellents yeux. On tire souvent de trop loin : la forte taille d’un colvert ou d’un pilet succédant a des sarcelles fait croire qu’il est trop loin. Conclusion : tirer sans hésiter sur les petites espèces, mais hésiter avant de tirer les grosses. Au même sujet, X. LE LORRAIN estime que, contrairement à une idée courante, le canard est aussi vulnérable que le faisan : posé, il est aussi résistant qu’un coq à pattes. On le rate parce qu’il vole plus vite qu’on ne croit : 25 m/s. Au posé, par faible lumière, même avec une lunette, on commet de grosses erreurs d’appréciation : trop haut ou trop bas. Des canards effrayés, qui s’éloignent, montent rapidement : tirer 15 ou 20 cm au-dessus, surtout le second coup. J.A. CLAMARD, dans Pratique de la Chasse, rappelle que le canard démonté abandonne presque toujours l’étang pendant la nuit ; le chercher au chien, le lendemain matin tôt, sur la terre ferme ; mais le renard vous a peut-être devancé...

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site