MAR28MAR2017
Rubrique Agenda
 Accueil > Articles > Actualité > Enquêtes


  • L’îlot mystérieux
    Si j'étais géographe, je vous dirais ceci : « À environ 100 toises du cap de Terre Rouge, qui appartient à la presqu'île de Giens et qui est à peu près à la moitié de sa longueur E. et O., on trouve un petit rocher nommé le Ribaudon. [...] Tout près, et au S. du Ribaudon, est un plus gros rocher nommé le petit Ribaud, presqu'entouré de roches à fleur d'eau qui s'en écartent un peu. À 100 toises dans le S. du petit Ribaud est l'île du grand Ribaud, qui forme une espèce de triangle. » [19] Si j'étais Joseph Conrad, je vous dirais ceci : « Sur [cette île], un vieux palmier déchiqueté, au (...)
     
  • Notre envie de Rimbaud
    Mars 2010. En condition de touriste, je suis au Harar (Ethiopie) ; escorté par un jeune guide, j'écume les ruelles de cette belle ville fortifiée gardée par un chemin de ronde de pierres et six portes d'inspiration médiévale, me promène entre les maisons de torréfaction, la soi-disant maison de Rimbaud où il ne vécut jamais, et les boutiques de souvenirs faisant commerce de ces deux fleurons de l'économie locale : le moka et le poète. Arthur Rimbaud post-pubère, pré-trentenaire, arriva ici fin 1880, y vécut par intermittence (sur les premières pentes du plateau éthiopien, perché à 1 855 mètres (...)
     
  • Une Bellevilloise sans histoire
    « Ménilmontant mais oui madame ; c'est là que j'ai laissé mon cœur... » Trenet a composé la chanson juste avant la guerre de 1939, pour célébrer le quartier de son enfance. Quatre-vingts ans plus tard, la « petite église » du premier couplet, Notre-Dame-de-la-Croix, surplombe toujours la colline. Mais l'ancienne gare, qui fut en service jusqu'en 1985 (« Où chaque train passait joyeux »), a été remplacée par une barre d'immeubles modernes, aux 7 et 11 rue de la Mare. La dépose des rails qui a suivi a donné naissance à la « coulée verte » ; les temps changent. Mais restons à Ménilmontant, donc, (...)
     
  • Icade à Bagneux
    Bagneux, ancien village horticole sur la Nationale 20, à deux kilomètres au sud de Paris. Ses 68% de logements sociaux. Sa député-maire communiste qui reçoit au dernier étage d’un hôtel de ville stalinien, vestige de l’ancienne « ceinture rouge » de la capitale. Et ses habitants en lutte contre le promoteur immobilier Icade. Depuis trente ans, Bagneux est le principal champ de bataille d’une guerre pour le logement social, dont l’issue finale s’est jouée au milieu de l’été (...)
     
  • Edward Gramlich, cassandre des subprimes
    Edward Gramlich, économiste américain, était un des gouverneurs de la Fed. Il est mort peu de temps après le déclenchement de la crise des subprimes, en 2007. Crise qu’il avait pressentie, alertant Alan Greenspan, le président de la Fed, des risques potentiels. Pourquoi n’a-t-il pas tout fait pour empêcher l’éclatement de la bulle immobilière ? Éric Monnet nous décrit les coulisses de la politique financière américaine dans les années (...)
     
  • Aux frontières sahariennes de l’Europe
    Depuis plusieurs années, l’Union européenne délègue aux pays du Maghreb et du Sahel une partie de sa lutte contre l’immigration irrégulière. Au milieu du Sahara, expulsions et reconductions à la frontière se multiplient. Dans le nord du Niger, Julien Brachet a accompagné un convoi de milliers de migrants de retour vers leur pays d’origine - la plupart expulsés de Lybie au nom de ces nouvelles règles européennes. C’est tout l’équilibre des échanges (...)
     
  • Les décharges de Coimbatore
    À Coimbatore, comme dans de nombreuses grandes villes d’Inde, le gouvernement a lancé depuis 2005 un vaste programme de gestion durable des déchets. Jérémie Cavé raconte pour Le Tigre sa visite d’une décharge publique de la ville. On y découvre la concurrence entre ramasseurs informels, marchands ambulants et employés muncipaux — tout un monde qui tire sa richesse de ce que la ville rejette. Qu’est-ce qu’un déchet ? À quel moment un objet devient-il ordure ou cesse-t-il de l’être (...)
     
  • Le travail en prison : où ça ?
    Dans Le Travail en prison (éditions Autrement, 2010), Gonzague Rambaud et Nathalie Rohmer ont enquêté sur le business carcéral. En 2008, 16000 détenus ont travaillé dans les prisons, majoritairement rémunérés à la pièce, sans contrat de travail, pour en moyenne 3,90 euros de l’heure. Si les entreprises profitent allègrement de cet eldorado économique, elles ne se vantent pas de leur présence dans les prisons françaises. « Pas besoin de le crier sur tous les toits », indique (...)
     
  • Le syndicalisme et la République
    SFR contre Sud : fin 2009, SFR a attaqué Sud en justice. Motif : le syndicat ne respecterait pas les « valeurs républicaines ». C’est la première fois que se pose cette question : peut-on souhaiter la fin du capitalisme tout en restant dans le champ de la République ?
    Le 2 février 2010, un séisme social a failli frapper la France, sans que grand-monde ne s'en rende compte. Le tribunal de Longjumeau rendait son jugement dans l'affaire opposant l'opérateur téléphonique SFR au syndicat Sud. L'enjeu : la représentativité de Sud au sein d'un « espace client » SFR à Massy-Palaiseau, (...)
     
  • Les vrais prix de l’édition et de la presse
    L’anecdote est connue : si vous êtes pauvre, il vaut mieux acheter l’œuvre complète de Flaubert en un volume plutôt qu’en plusieurs livres de poche, ça coûte moins cher. C’est pour vérifier ce principe, le mesurer avec précision et l’étendre au domaine de la presse que Le Tigre a décidé de mettre son museau dans les prix réels des ouvrages imprimés en France, qu’ils soient périodiques ou (...)
     
  • Guides de voyage : mauvaise conscience et contradictions
    Nous avons épluché, au hasard, quelques guides de voyage. Pas ceux qui proposent des tours organisés, mais des guides ayant une image « alternative », destinés à ceux qui disent « voyager autrement » : le Guide du Routard, le Lonely Planet, et le Petit Futé, ainsi qu’un guide lambda ayant une image de qualité, Gallimard. Voici les résultats de la collecte de contradictions en tout genre. La mauvaise conscience est éclatante, doublée du non-choix... forcément, quand on (...)
     
  • La presse et Outreau (2001-2006)
    Quel a été le traitement par la presse de l’affaire d’Outreau, depuis ses débuts ? Alors que le juge Burgaud est devenu le bouc émissaire des dérives de l’institution judiciaire, qu’en est-il de ceux qui ont relayé son instruction ? Le Tigre a mis son museau dans cinq années d’articles parus dans la presse (en se limitant essentiellement à la presse écrite nationale) afin de faire le point. Moins pour accuser que pour se souvenir, rappeler ce qui a été dit, tout (...)
     
  • Au loup ! À l’ours !
    Opposition entre gens des villes qui rêvent de nature sauvage et gens des champs qui se font manger leurs moutons, entre décisions de l’État et réalités locales... Un ours ou un loup, ça fait joli sur une brochure touristique. Mais réintroduire une espèce sauvage est une décision plus grave et complexe qu’il n’y paraît. Le Tigre a mis son museau dans les Pyrénées et dans les Alpes, au pays des animaux sauvages.
    Des ruches dévastées, des mouflons décimés, des oursons baptisés, un agneau égorgé, la France endeuillée par la mort de l’ours (...)
     
  • Comment fonctionne Google
    En décembre dernier, 70% des recherches faites par des internautes français ont transité par Google. Le moteur de recherches est devenu un point de passage obligé, voire un synonyme du web en général. Comment fonctionne un index de 8 milliards de pages ? Peut-on piéger le moteur de recherches ? Et la petite société des débuts est-elle en train de devenir une multinationale contrôlant l’information mondiale ? Le Tigre a mis son museau dans les rouages du moteur.
    À l’origine était l’annuaire de recherches. Un contenu choisi par des humains, hiérarchisé et éditorialisé, à la manière (...)
     
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site