SAM23SEP2017
Rubrique Agenda
 Accueil > Articles > Actualité > Analyse

Comme son nom l'indique.
Comme son nom l'indique.
  • Éthiopie et Djibouti, sang mêlé
    L'annonce du décès de Meles Zenawi, Premier ministre éthiopien, est sur­venue le 21 août dernier. Ce qui ne veut pas dire qu'il soit mort ce jour-là, ni même la veille ; il est des pays où la culture du secret est quasi constitutionnelle, et il n'y a pas que Mitterrand ou Pompidou ou Fidel qui aient menti sur la maladie - cela faisait plusieurs semaines déjà qu'on le disait à l'agonie dans une clinique privée belge. Il laisse l'Éthiopie, qu'il dirigeait depuis trente ans avec poigne, orpheline et libérée, un peu plus riche qu'elle ne l'a jamais été et toujours pauvre. Trois (...)
     
  • « Paul is dead, miss him, miss him »
    Rouvrir le dossier. Considérer que cette histoire n'est jamais terminée. En 2002, lorsque Pacôme Thiellement avait publié Poppermost [29] , dont le début est précisément consacré à ça, j'avais eu le sentiment qu'il n'y avait rien à rajouter, qu'il avait clos ce fantasme que je traînais depuis mon adolescence, depuis que j'avais, sur la platine vinyle de mon cousin, écouté à l'envers ce passage du double album blanc où l'on entend distinctement : « (...)
     
  • Grothendieck mon trésor (national)
    Il n’y a quasiment pas de ratures. L’écriture est un peu penchée, peut-être un rien tremblante. C’est une « déclaration d’intention de non-publication », écrite à la main par un homme de quatre-vingt-un ans : « Je n’ai pas l’intention de publier, ou de republier, aucune œuvre ou texte dont je suis l’auteur, sous quelque forme que ce soit, imprimée ou électronique, que ce soit sous forme intégrale ou par extraits, textes de nature scientifique, personnelle ou autres, ou lettres adressées à quiconque [...] Dans la mesure où j’en aurai connaissance, je (...)
     
  • Amélie et Théodore. Voyage au bout des mines de Potasse
    C'est un film muet de propagande de 1927 ; on y voit en noir et blanc une petite mère excitée pousser une carriole, sa « fruiterie à roulettes » comme elle l'appelle, remplie de vieux choux fripés qu'elle ramène du marché sans en avoir vendu un seul. Une scène de ménage plus tard, la voilà qui repart sur les routes de l'entre-deux-guerres en quête de « beaux légumes bien sains, de bel aspect, de belle conservation » ; les hommes qu'elle croise sont en (...)
     
  • Les hommes de Shanghai
    La scène se serait déroulée à Moscou, sur les quais de la Moskova gelée, au début du mois de janvier 2013 ; il aurait fait −27 degrés. Une voiture de luxe aurait ralenti sur la Savvinskaia, se serait arrêtée devant le perron d’un club à la mode. Deux hommes en seraient sortis : grands, beaux, noirs. Sous leur lourd manteau de laine, ils auraient porté un costume élégant, dont on aurait pu imaginer la valeur rien qu’à la perfection du tombé du pantalon sur les bottines de cuir. Ils auraient pénétré dans l’établissement, accueillis en haut des marches par un autre être aux allures surhumaines, (...)
     
  • Une pluie de cristaux de glace
    En lisant le rapport du BEA sur le vol Rio-Paris.
    Note. L'ensemble des passages placés entre guillemets sont des citations extraites du rapport du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile) ou de ses annexes, sur le vol Rio-Paris d'Air France du 1er juin 2009. Rapport rendu public le 5 juillet 2012. Une pluie de cristaux de glace qui par 10 000 mètres de haut au-dessus de l'Atlantique, une nuit de printemps, et dans la zone de convergence intertropicale, vient percuter de plein fouet la carlingue de l'Airbus, si bien que dans la cabine, (...)
     
  • Après Sarkozy
    Le mois dernier, je faisais encore le malin. Je feignais de rechercher le socialisme avec mauvaise foi, comme si je n'étais pas au courant que l'heure n'était plus aux Grands Soirs. En réalité, on était (j'étais, tout du moins) comme à peu près tous ceux que je connais de près ou de loin : soulagé de voir enfin Sarkozy et ses tristes roquets la gueule déconfite ; je jouissais de l'entendre se ridiculiser, trouvais-je alors, en sortant des phrases comme « soyons dignes, soyons patriotes, soyons Français, soyons exactement le contraire, le contraire de l'image que certains auraient voulu (...)
     
  • Sur la piste de la campagne
    [N.B. Cet article est paru en mai 2012, donc plusieurs mois avant la parution effective de Rien ne se déroule comme prévu, le livre de Laurent Binet.] « Je me suis dit : putain, ces salauds ne se sentent plus pisser. On est à une semaine du jour J, et la salle de presse de François Hollande ressemble à une rencontre d'anciens combattants. J'ai jeté un coup d'œil aux gens autour de la table, et je me suis rendu compte qu'aucun d'entre eux n'était là lors des primaires. [...] Durant les primaires, Hollande s'est trouvé confronté pour la première fois à la politique du coup du lapin (...)
     
  • Les boules, les glands, la démocratie
    Le 9 octobre 2011, on pouvait lire, sur le compte Twitter de Fabrice Berrahil, responsable web de la campagne d'Arnaud Montebourg aux primaires socialistes, le message suivant : « Enormément de gens ayant voté Royal ou Aubry me disent : "Si j'avais su que Montebourg ferait autant, j'aurais voté pour lui." » La veille, Arnaud Montebourg est arrivé troisième de la primaire avec un peu plus de 17% des voix, derrière François Hollande et Martine Aubry ; le score du Churchill de Saône-et-Loire constitue une petite surprise. Et donc : « Enormément de gens ayant voté Royal ou Aubry me disent : "Si (...)
     
  • À la recherche du double tiret perdu
    Je le cherche, j'aimerais le rencontrer, parler avec lui, le prendre en photo, lui faire signer un autographe pour la postérité : lui, cet individu inconnu (homme ? femme ?) qui, un jour de décembre 2004, a décidé, seul ou presque, d'inventer un nouveau signe typographique. Le double tiret. Même pas le double tiret, plus étonnant encore : un signe typographique qui n'a pas de nom. Qu'on peut voir, mais qu'on ne peut pas dire. Qui est présenté ainsi : Ce séparateur « - - » doit être mentionné sur ses actes de l'état civil. À l'instar du simple tiret, ce signe n'a de manifestation (...)
     
  • Leur Millénaire
    [Voir aussi : Icade à Bagneux.] C'est compliqué. Mais il faut s'accrocher. Parce qu'il se joue, dans cette histoire, y compris dans son opacité, quelque chose de plus essentiel que dans d'autres épisodes que certains se plaisent à dénoncer (dîner du Siècle regroupant les puissants de ce pays, vacances de ministres dans des semi-dictatures). Il se joue, dans cette énième privatisation qui se déroule devant nos yeux secs d'avoir trop pleuré de voir les grands principes hérités du Conseil national de la résistance, quelque chose qui touche à la notion d'allure des villes - notion qui, par un (...)
     
  • Et nous assistâmes, les bras ballants, à la privatisation du web
    Régulièrement on nous pose la question. Ou alors on nous propose. Pourquoi Le Tigre n'est pas sur Facebook, sur Twitter ? Vous voulez qu'on s'en charge ? Je réponds poliment - pas toujours poliment - que non merci ça ira très bien comme ça. Encore faudrait-il se justifier. Voici quelques explications. Il faut se méfier des métaphores avec lesquelles on peut tout dire, et son contraire. Mais tout de même : imaginez. En bas de chez vous, il y a une route, vous pouvez (...)
     
  • Leaders du monde musulman à l’affiche
    Le monde musulman — du Maroc au Pakistan et au-delà — est bruissant d’images de leaders, de chefs d’État, de héros et de martyrs. Ces portraits appartiennent au registre des chromos populaires où se retrouvent les motifs de la propagande politique et les symboles religieux. De format rectangulaire (généralement 30 x50 cm, mais on en rencontre de plus grandes), ces images sont vendues moins d’un euro sur des éventaires en plein vent au bazar, près de (...)
     
  • Réflexions sur quelques bouts de tissu
    Tant d’articles, tant d’éditos, tant de tribunes ! Et pourtant, il a semblé au Tigre qu’il y restait des choses non entendues, ou peut-être que les discours étaient trop éparpillés. Alors voilà : un énième article sur le voile et la mal-nommée « burqa ». Il ne s’agit pas directement, ou plutôt pas seulement, d’argumenter : le sujet est trop sensible pour convaincre qui que ce soit de manière cartésienne. Juste de proposer des pistes, réflexions, notes, remarques, citations, éléments historiques — volontairement en vrac. Certains drôles, certains de mauvaise foi, quelques sophismes, (...)
     
  • L’angoisse de l’intellectuel à l’heure de coupe du monde de football
    Tous les quatre ans, le réel pose le même problème à l'intellectuel-critique-français : comment regarder la Coupe du Monde de football ? Je ne parle pas de celui que le football n'intéresse vraiment pas, qui n'y connaît rien, qui n'a jamais fait l'effort de comprendre le hors-jeu, à qui il faut quelques secondes (et encore) pour distinguer sur un écran un match de rugby d'un match de (...)
     
  • Héritiers situationnistes
    En vingt-neuf numéros et plus de mille cinq cents pages publiées, Le Tigre avait réussi l’exploit de ne jamais se pencher sur l’œuvre de Guy Debord. Non sans raisons, l’invocation du mouvement situationniste étant devenue, dans les médias, un poncif. Dans le dossier du volume précédent du Tigre, consacré pour une part aux textes de Julien Coupat et de ses proches, il manquait une analyse précise de la filiation entre ces derniers et les situationnistes. La (...)
     
Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site