MAR25AVR2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Actualité > Chroniques judiciaires >

Où l’on dispute des usages pour régler le restaurant, et des différentes natures de ciseaux

Où l’on dispute des usages pour régler le restaurant, et des différentes natures de ciseaux

Où l'on dispute des usages pour régler le restaurant, et des différentes natures de ciseaux
Mis en ligne le jeudi 30 octobre 2008.

Publié dans le numéro IX (mai-juin 2008)

La filouterie d’aliments devait être prévue par une disposition spéciale, car il était impossible de la faire rentrer soit dans les termes du délit de vol, soit dans ceux du délit d’escroquerie. [...] Celui qui se fait servir des aliments ne les vole pas, puisque ces aliments lui sont volontairement servis par le restaurateur ou l’aubergiste. [...] L’agent qui pénètre dans un restaurant ou une auberge, et demande à boire et à manger, n’use d’aucune manœuvre frauduleuse pour se faire servir les boissons ou denrées qu’il consomme. Traité de droit criminel, Garraud


Monsieur, vous êtes bien Xavier Y ? Voulez-vous être jugé tout de suite ou disposer de davantage de temps pour préparer votre défense ?


un homme de 35 ans, petit, au visage rond de vieille femme, venait d’entrer menotté dans le box des prévenus - il souriait, regardait ailleurs, promenait ostensiblement son air innocent ; des trois juges, celui de droite arborait en permanence un air d’ironie amusée, celui du milieu avait le visage tout imprégné de conscience professionnelle, et la femme, à gauche, était restée profondément enfoncée dans son fauteuil, observant l’audience d’une moue ennuyée


Monsieur, répondez ! - Pardon ? Vous m’avez posé une question ? Excusez-moi je suis malentendant, vous pouvez parler plus fort ?


en arrivant au Tribunal de Grande Instance, j’avais demandé un plan : Ah ça n’existe pas Madame, m’avait répondu la femme, souriante


Monsieur, vous êtes Cotorep à 80 % donc vous touchez quoi ? 653 euros par mois ? - Ah non Monsieur, je dirais quelque chose comme euh... dans l’ordre de 780. Je suis malentendant mais j’ai aussi des problèmes psychiatriques.


dans la Salle des Pas Perdus, un homme à tête et à moustache de général observait les visiteurs derrière la vitre d’un guichet ; j’avais pris un ton assuré : Je cherche la 23ème Chambre, pour les comparutions immédiates - mi-moqueur mi-sérieux il avait assené : Laquelle ?, et devant mon air sceptique : Parce qu’il y en a deux : la 1ère section, la 2ème section


Votre personnalité pose effectivement quelques interrogations. Il vous est reproché Monsieur, d’avoir commandé le 8 mars un repas copieux et des boissons dans le restaurant Léo Lagrange, pour une valeur de 58,20 euros, somme que vous avez ensuite avoué ne pas avoir en votre possession. - Oui c’est ça. Bin je sortais de Sainte Anne pour des examens et puis je suis passé devant le restaurant et quand je passe devant un restaurant je peux pas résister.


j’avais décidé de suivre le trajet le plus simple qu’il m’avait tracé sur un plan ronéotypé ; de petits couloirs en vastes escaliers, j’étais parvenue à l’endroit qu’il avait marqué d’une croix, le fronton de l’immense porte tendue de cuir vert disait : 9e Chambre - mais un bout de papier affiché plus bas tempérait : Chambre 23/2


Mais pourquoi n’êtes-vous pas rentré directement chez vous Monsieur ? - Ah je sais pas.


la feuille était à moitié masquée par une autre qui portait, en écriture calligraphiée du XIXe : Concours de la Conférence du Stage du Barreau de Paris - 1er sujet : Faut-il écouter l’Élysée ? - 2ème sujet : Doit-on souffrir pour être rebelle ? - La séance aura lieu à la Chambre des Criées à 19h30


Alors, Monsieur, vous ne manquez pas d’humour, vous avez déclaré aux policiers : « D’habitude j’essaye de trouver un terrain d’entente mais là ils n’ont pas voulu », et effectivement Monsieur, vous êtes coutumier du fait, et vous laissez parfois en gage votre carte d’identité ou votre aide auditive. - Ah bin oui, elle coûte 1800 euros mon aide auditive. Mais là le problème c’est que je sais plus où je l’ai laissée...


un jeune homme au crâne rasé, en jean, baskets et sweat à capuche, allait et venait, entrant dans la Chambre avec des dossiers, en ressortant avec de simples feuilles, montant et descendant les escaliers en courant, il s’acquittait de sa mission avec empressement et habitude, l’air gêné d’avoir tant de spectateurs


Mais la question n’est pas de trouver des arrangements, Monsieur ! Quand on n’a pas d’argent on ne va pas au restaurant, c’est tout, y a des associations, hein, pour se nourrir !


les colonnes fourmillaient de graffitis, dates, noms et symboles, certains gravés avec beaucoup d’art : Cambyse, ah la loi la loi...... !, + 19.8.70 +, OK ! Belleville Zoo 19-20, Vive le roi, Mort aux cons  ; un jeune couple d’Anglais, très bourgeoisement vêtu, parlait gaiement, arpentait le hall avec animation, riait en déchiffrant les graffitis des doigts


Que s’est-il passé en 2007 pour qu’on vous ait tous les mois ? - Bin peut-être c’est quand je me suis installé tout seul dans ma chambre de bonne, ça a peut-être été le facteur déclenchant parce que c’est vrai qu’attendre l’âge de 35 ans pour que ça commence, on peut se demander pourquoi.


deux gendarmes, l’un au visage d’enfant, l’autre de militaire, avaient ouvert la porte de la Chambre ; Eteignez vos portables. Montrez vos portables s’il vous plaît ; la salle était petite, avec du mobilier en bois, et une tapisserie jaune à motifs floraux aux murs


C’est considérable et étonnant, Monsieur, 30 faits en 2 ans !J’ai commencé un traitement qui est recommandé pour faire face à des pulsions. Peut-être aussi ce serait bien que je retourne chez ma mère.


la greffière avait observé d’un oeil sombre un groupe de six adolescents amusés qui étaient entrés sur les bancs du public ; le couple anglais s’était séparé, la jeune femme, intimidée, s’était installée devant avec son avocate, et son compagnon avait pris place sur les bancs du public, la mine détachée


Peut-être en effet Monsieur.


quand l’affaire n°5 avait été appelée, une avocate s’était avancée très près des juges, elle chuchotait presque


Je demande le renvoi du dossier. Mon client ne peut pas être présent, il vient d’être jugé en Assises - Combien il a pris ? - 9 ans.


les trois juges avaient haussé les sourcils, accordé le renvoi, et l’avocate s’était éclipsée, la tête basse ; les comparutions immédiates, autrefois appelées flagrants délits, permettaient de juger de manière accélérée des faits passibles de quelques mois à 7 ans d’emprisonnement, et pour lesquels les preuves étaient rassemblées rapidement


En matière criminelle, il faut d’abord savoir qui est le plaignant, l’accusateur. Dupin, Règles de droit et de morale


Vous vivez ensemble ? - Non Monsieur. - Vous avez l’intention de vous remettre ensemble ?


l’affaire n°8 avait réuni le couple anglais devant les juges, la jeune femme se tenait au centre avec son avocate, son compagnon s’était placé en retrait, sur la gauche ; les deux jeunes gens avaient doucement fait non de la tête ; les adolescents dans le public s’étaient étonnés des questions indiscrètes du juge


Enlevez les mains de vos poches devant la Cour, Mademoiselle. Il vous est reproché, Mademoiselle, d’avoir poignardé avec des ciseaux votre compagnon. La blessure a été bénigne. Vous vous êtes ensuite enfuie, avec la paire de ciseaux toujours en votre possession. Un comportement un peu irrationnel. Vous aviez d’abord déclaré « Il me bat. C’était pour me défendre. » Maintenez-vous cette déclaration ?


la jeune femme interrogeait son avocate du regard, tournait ses chevilles, confuse ; elle parlait avec un fort accent, cherchant chaque mot ; le jeune gendarme était allé signaler à une femme d’enlever son chapeau, puis il s’était placé derrière moi et lisait par dessus mon épaule


Non Monsieur. Je veux dire que j’assume toute la responsabilité de mes actions. - Souhaitez-vous déposer plainte, Monsieur ? - Non - Vous avez déjà été en garde à vue pour des faits similaires en août, Mademoiselle - J’étais victime - Oui enfin le procès verbal mentionne des « violences réciproques ».


les juges observaient le couple avec un sourire


Monsieur, qu’avez-vous à dire ? - Je ne savais pas qu’elle prenait des médicaments, je me suis installé avec elle pour l’aider mais déjà je commençais à me méfier et après j’ai vu dans son sac à main qu’elle avait des antidépresseurs.


l’avocate était revenue derrière la jeune femme, lui avait de nouveau enlevé les mains des poches


Je voudrais que ma cliente précise que c’étaient des ciseaux à ongle. - Cela étant, on peut tuer avec des ciseaux à ongle, Maître. - Oui, Monsieur le Président.


la procureur avait pris la parole tout en fouillant dans ses dossiers ; elle s’était jusque là toujours adressée aux juges sur un ton d’évidence, comme récitant ce qu’on attendait d’elle, mais ce dossier d’un couple qui se déchire l’avait désorganisée ; elle avait balancé entre un ton sensationnel et une plaidoirie de défense


Je cherche la taille des ciseaux parce qu’effectivement je l’avais notée quelque part. Je dirais que ce sont plus des ciseaux pour des travaux d’aiguille. Petits, mais très pointus ! - Madame et Messieurs les juges, je tiens à vous signaler qu’aujourd’hui ma cliente se trouve sur le banc des prévenus et son compagnon sur celui de la partie civile, mais si nous étions venus il y a 6 mois, la situation aurait été inverse.


l’usage voulait que la défense, et non les plaignants, ait le dernier mot - mais le jeune homme avait levé le doigt et, pressé de parler, n’avait pas entendu le président qui s’étonnait auprès de ses collègues de l’irrégularité


Je voudrais dire si c’est possible que le mélange de l’alcool et des médicaments c’est terrible, mais quand elle ne mélange pas les deux, c’est vraiment quelqu’un de super.


les juges avaient souri ; un gendarme était venu secouer un homme qui s’endormait dans le public


Les usagers qui s’endormiront dans les bibliothèques publiques du comté de Berkshire recevront un avertissement, puis une amende de 20 livres en cas de récidive. [...] Cette mesure fait suite aux nombreuses plaintes des vrais lecteurs, qui trouvent trop souvent les places déjà prises par des personnes uniquement occupées à dormir, quand ce n’est pas à ronfler. Le Soir, 27 février 1980

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site