MAR21NOV2017
Rubrique Agenda
Accueil > Articles > Tigreries > Petite vie des grands hommes >

Verlaine

Verlaine

Verlaine
Mis en ligne le vendredi 13 avril 2007.


1844 : Verlaine naît. Intrigué par le bruit de l’eau frémissante, il plonge la main dans une bouilloire. 1853, Verlaine s’enfuit de la pension et rentre chez lui, où sa mère le console en lui servant un potage au tapioca. 1961, Verlaine monte chez une pute en peignoir rose. 1862, Verlaine tombe sur la définition de la pompe aspirante et de la pompe foulante au bac ; il répond : « Monsieur, la pompe foulante est une pompe qui foule, et la pompe aspirante est une pompe qui aspire ». 1866, Verlaine assomme Alphonse Daudet. 1869, Verlaine casse ses deux embryons de petits frères que sa mère conservait dans des bocaux. Hiver 1870, Verlaine mange un civet de chat et un gigot de chien avec sa belle-famille. 1871, son petit chien Gastineau met une patte sur le genou de Rimbaud, lequel laisse des poux sur l’oreiller des Verlaine. 1872, Verlaine se fait taillader les poignets par Rimbaud au café du Rat Mort et Verlaine envoie une lettre d’insulte à sa femme qu’il traite de « misérable fée carotte, princesse souris, punaise qu’attendent les deux doigts et le pot ». 1872 toujours, Verlaine demande une carte permanente de lecteur au British Museum pour apprendre l’anglais. Un an plus tard, il ne sait toujours pas si on dit open ou opened. 3 juillet 1973, Verlaine achète des harengs et de l’huile au marché ; Rimbaud le traite de « bobonne »  : 10 juillet 1873, Verlaine achète un revolver à vingt-trois francs. En prison, Verlaine s’entraîne à viser la serrure de la porte avec des boulettes de papier mâché et Verlaine trie des grains de café. 1875, Verlaine mange des puddings parfumés au citron, puis Verlaine s’ennuie : il appelle sa mère qui distribue du sucre candi au poney Tuffy et à la truie noire Lady Pig. Hiver 1875, Verlaine, atteint par une boule de neige lestée d’une pierre, s’évanouit. Verlaine apprend l’anglais à ses élèves en les faisant parler français avec un accent anglais ; ils doivent dire « baonnjourr Maossiun Vœulainnn ». 1883, Verlaine bêche. 1885, Verlaine n’arrive plus à plier le genou gauche. 1887, Verlaine drague les infirmières de l’hôpital Broussais pour avoir double-ration de bouilli. 1894, Verlaine effeuille une rose rouge et en laisse tomber les pétales dans les verres de ses amis. 1895, Verlaine recouvre de peinture d’or une cage à oiseau, puis les vases, tabourets, pots à fleurs, coquetiers, et enfin son porte-plume. 7 janvier 1896 : Verlaine regarde des figurine peintes sur des assiettes à dessert. Verlaine froisse les journaux qui sont sur son lit et Verlaine meurt : 8 janvier 1896.

Source : Henri Troyat, Verlaine, Flammarion, 1983

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site