LUN20NOV2017
Rubrique Agenda
Accueil >

L’ancienne charte du Tigre (2007-2009)

L’ancienne charte du Tigre (2007-2009)

L'ancienne charte du Tigre (2007-2009)
Mis en ligne le samedi 11 décembre 2010.

(Version de la charte datant de 2007, révisée en 2009).

Ceci est la version 1.3 de la Charte du Tigre. C’est une mise à jour datant de mars 2009 (et intégrant notamment des ajouts dans la partie « Participer »). La version 0.2, datant de l’hebdomadaire, est lisible sur cette page.

1. Principes rédactionnels.

- Le pseudonymat

  • Contrairement à sa première mouture (lire ce texte), Le Tigre n’est plus obligatoirement signé de pseudonymes. Néanmoins, le recours aux pseudonymes reste encouragé, notamment pour les enquêtes et reportages.

- L’actualité culturelle

  • Le Tigre ne recense pas l’actualité culturelle : les sorties de disques, livres, films ou annonces de spectacles ne le concernent pas. Il n’est donc pas utile de lui envoyer des services de presse ou des informations concernant ces domaines.

- Participer au Tigre

  • Le Tigre ne publie pas de nouvelles, poésies, et plus généralement de textes de fiction (hormis commande spécifique de sa part).
    La majorité des publications du Tigre sont des commandes du Tigre à des gens dont il apprécie le travail. Néanmoins, Le Tigre reste ouvert à tous et toutes, aussi jeunes, vieux, riches, célèbres ou inconnus soient-ils.
  • Pour faire une proposition d’article au Tigre, assurez-vous avant tout que votre texte corresponde à ce que nous publions d’habitude, et pour cela naviguez dans la partie « Articles » du site. L’idéal étant de proposer un texte qui rentre dans une des « rubriques » du magazine.
    Ensuite, il suffit de nous envoyer un texte (ou un morceau de texte) à tigre@le-tigre.net directement dans le corps du mail ou en fichier joint. La longueur de l’article final importe peu en tant que telle.
  • Les illustrateurs, photographes, graphistes peuvent envoyer un lien vers leur site ou directement des images (en format réduit) à la même adresse.
  • Le Tigre rappelle que ses contributeurs ne sont pas rémunérés.

2. Principes économiques

- Structure

  • Société
    • Le Tigre est publié par une SARL de presse au capital de 38.500 euros.
  • Actionnariat
    • Les deux fondateurs du journal possèdent 51% des parts et sont donc majoritaires, les 49% restant sont partagés par 35 actionnaires individuels et une structure d’investissement solidaire. Par principe, aucun actionnaire extérieur ne peut détenir plus de 10% des parts.
    • Voici la liste des actionnaires du Tigre :
      • Antonetti Ange-Louis : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Bayart-Noé Charlotte : 6 parts de 250 euros soit 1,94%
      • Bertho Michèle : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Bianchi Charles : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Bideault Patrick : 2 parts de 250 euros soit 0,95%
      • Boulanger Jean-Jacques : 12 parts de 250 euros soit 3,87%
      • Brunetière Jean-René : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Busschaert Régis : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Chabosy Laurent : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Chambaz Anne : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Chevillard Eric : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Cigales Concorde : 8 parts de 250 euros soit 2,58% [Pour en savoir plus sur les Cigales, suivre ce lien.]
      • Corcoral Stéphane : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • De Crécy Nicolas : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Delplanque Lionel : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Dujol Jean-Benoit : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Féret-Fleury Christine : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Goémé Christine : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Harrus Gilbert : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Laval Jérôme : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Legeay Aurélien : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Meltz Olivier : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Menu Jean-Christophe : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Mignot Claude : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Morice Claude : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Morice Elisabeth : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Pitrou Antoine : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Poulain-Dafri Corinne : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Raffoul Michel : 2 parts de 250 euros soit 0,65%
      • Ragon Thomas : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Robert Willie : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Schwartz Laurent : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Thomas Gérard : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Van Effenterre Karin : 2 parts de 250 euros soit 0,65%
      • Vernin Alexandre : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Wainstain Jérémie : 4 parts de 250 euros soit 1,29%
      • Actionnaires sous forme d’apport en industrie :
        • Bianchi Lætitia : 78 parts soit 25,16%
        • Meltz Raphaël : 78 parts soit 25,16%
      • TOTAL : 308 parts
    • Les statuts de la société précisent que :
      Tout actionnaire minoritaire pourra sortir du capital de l’entreprise, à partir de la quatrième année d’existence de l’entreprise. Les fondateurs s’engagent à acheter ou à faire acheter ses parts, sachant que le prix d’une part ne pourra pas être inférieur au ratio «chiffre d’affaire mensuel» sur «nombre total de parts».
      En cas de départ de l’un des deux fondateurs du Tigre pour une des raisons suivantes :
      - création, direction ou rédaction en chef d’un journal diffusé en kiosques en France métropolitaine,
      - utilisation de la marque Le Tigre sous quelque forme que ce soit,
      chaque actionnaire minoritaire aura la possibilité de céder ses parts au fondateur partant à hauteur de cinq fois le ratio précisé au paragraphe précédent.

- Recettes

  • Publicité
    • Le Tigre n’accueille dans ses pages aucune publicité. Cette absence s’étend aux partenariats de toute sorte.
  • Diffusion en kiosques
    • Le Tigre est diffusé par les NMPP, coopérative d’éditeurs appartenant pour 49% au groupe Hachette. La loi Bichet de 1947 permet à tous les éditeurs d’être diffusé en kiosques, mais les contraintes économiques sont lourdes, notamment à cause des invendus. La marge des NMPP est variable ; elle tourne autour de 55% pour un taux d’invendus de 75%. Mais, s’il y a plus de 85% d’invendus, c’est l’éditeur qui doit de l’argent aux NMPP. (Sur l’histoire des NMPP, cf. cette page).
  • Diffusion en librairies
    • Le Tigre bénéficie d’une diffusion en librairies via Le Comptoir des indépendants [après avoir été diffusé en 2007 par Flammarion via les éditions Viviane Hamy]. La marge du diffuseur tourne autour de 55%.
  • Abonnements
  • Subventions
    • Le Tigre accepte les subventions publiques, et ce pour les raisons suivantes :
      • Les subventions sont de l’argent public : il s’agit donc de notre argent, au sens collectif du terme, à la différence de l’argent d’entreprises ou de particuliers.
        Refuser les subventions serait donc refuser que le produit de nos impôts servent à financer un type très particulier de projet qui en a besoin, puisqu’il n’obéit pas uniquement à la loi du marché.
      • Les subventions sont accordées, dans la plupart des cas, sur la forme des projets, et non sur leur fond. Si certaines subventions locales peuvent parfois limiter la liberté d’expression, les subventions « littéraires » sont largement déconnectées des questions politiques.
      • Il existe de toutes façons des aides spécifiques pour la presse, certes indirectes. Refuser les subventions impliqueraient qu’il faudrait également les refuser : c’est le cas notamment du taux de TVA à 2,1% et de la réduction des tarifs postaux. De la même façon, l’allégement des charges sur les petites entreprises pourrait être considéré comme une subvention : où commence la perte de liberté ?
    • En 2007, la SARL Le Tigre a reçu une subvention de la Région Île-de-France dans le cadre de leur aide aux revues ainsi qu’une subvention du Centre National du Livre.

- Dépenses

  • Locaux
    • Le Tigre est actuellement hébergé chez ses fondateurs et ne paie pas de loyer.
  • Matériel
    • Le Tigre est réalisé avec 4 ordinateurs :
      • Trois postes sous Linux (OpenSuse 10.2 et 10.3) pour la fabrication du journal.
      • Un poste sous WindowsMe auquel est relié le scan et l’imprimante.
    • Le Tigre est fabriqué avec des logiciels libres :
      • Le logiciel de mise en page utilisé est Scribus, en version 1.3.3.x. Gimp et Openoffice sont également utilisés. Cf. les logiciels utilisés pour le site internet sur cette page.
  • Salaires
    • Deux postes salariés, chacun à mi-temps, existent au sein de la société : un poste de secrétaire de rédaction, et un poste de responsable de la diffusion et de la promotion. Les responsables du journal ne sont pas rémunérés, pas plus que les auteurs. Dans le cas où le journal gagnerait de l’argent, un système de rémunération de la pige en fonction des résultats serait mis en place.

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site