MAR21NOV2017
Rubrique Agenda
Accueil > Le Tigre du jour > 071

Autres numéros

Lire le numéro complet
N°071    - 4 JUI 2007

071

Chroniques de Bagdad (3/4)
Almanach : petites folies
Et ... les griffes du jour :

Trois brèves du monde
dim 3 jui 22h05 |lien|


On n’aurait jamais dû libérer Xiang Xiang, un panda né en captivité : il a fait une mauvaise chute en forêt, il en est mort. • Précision : les autorités chinoises font savoir que la condamnation à mort de Zheng Xiaoyu, directeur de l’agence nationale de la sécurité alimentaire, est un avertissement. • Jumana Musa, responsable d’Amnesty International, le rappelle avec force : le camp de Guantanamo n’est pas une bonne idée.

ORTF
dim 3 jui 22h14 |lien|

Il y avait un match de foot, samedi 2 juin, entre la France et l’Ukraine. Mais à la télé, il y avait un autre match, beaucoup plus palpitants : le match des présidents. À ma droite : Nonce Paolini, le nouveau patron de TF1. Et à ma droite : Nicolas Sarkozy, le nouveau patron de tous les Français. Il nous a semblé (mais on a raté le début) voir plus souvent le premier que le second. Qui a dit que TF1 était inféodé à Sarkozy ?

Acte gratuit
dim 3 jui 22h28 |lien|
Qu’il s’agisse des otages aux mains des talibans ou des rebelles FARC aux mains du gouvernement colombien, lorsqu’une libération intervient, on entend toujours, accolée comme par nécessité, l’expression «sans contrepartie»... Un tel désintéressement soudain, c’est à se demander pourquoi certains se donnent tant de mal dans ce genre d’affaires tragiques. Alors qu’il suffit de demander poliment et hop ! «sans contrepartie». Et qu’est-ce qu’on dit ? merci.

Bourgeois mais pas bohème
dim 3 jui 22h31 |lien|
Dans Elle du 28 mai, le chanteur Vincent Delerm nous présente les lieux qu’il affectionne tout particulièrement à Paris, photos à l’appui : «Avant, j’habitais près du marché Saint-Pierre à Montmartre, où j’ai composé le deuxième disque. Un endroit avec des rues à deux extrêmes, un côté où vivent des acteurs de ciné et un autre bout, plutôt glauque.» Vincent, on dit : «et un autre bout, où vivent des pauvres». C’est plus clair.

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site