SAM25NOV2017
Rubrique Agenda
Accueil > Le Tigre du jour > 075

Autres numéros

Lire le numéro complet
N°075    - 11 JUI 2007

075

Murs Peints : Irlande du Nord (1/5)
Almanach : Savoir Agréable
Et ... les griffes du jour :

Voleuse de droite
dim 10 jui 21h31 |lien|

Dans Le Monde du 8 juin, cette phrase étonnante dans un article consacré à Sophie Calle : «Adolescente, elle était militante gauchiste, mais tous les jeudis, jusqu’à 17 ans, elle volait dans les grands magasins.» On s’interroge sur le sens de ce «mais» : est-ce à dire que le Bon Marché et La Samaritaine étaient des coopératives ouvrières ? À moins que ce ne soit le fait qu’elle ne vole que le jeudi qui induit ce «mais».

Utile
dim 10 jui 21h37 |lien|
Une brève dans le JDD : «Candidate à l’élection municipale, l’an prochain, cette ancienne ministre ne pense pas que du bien de ses futurs collègues, si elle était élue. Pour elle, l’Association des maires de France n’est qu’une “assemblée de connards qui se gobergent”.» Cette brève (texte intégral) est titrée «Sans langue de bois». On a beau relire, on cherche toujours l’intérêt.

Gros titre
dim 10 jui 23h13 |lien|
«Spécial législatives : mais si, elles sont importantes». Gros titre à la une du Journal du dimanche (10 juin). Gros titre ? En réalité, c’est un petit appel sur un bandeau tout en haut, à la même taille que «FC Nantes : Luc Dayan aux commandes.» Si elles étaient si importantes, elles mériteraient peut-être le premier titre, devant «Les secrets du choc fiscal», et «La victoire miracle du stade français», non ?

Substances...
dim 10 jui 23h19 |lien|
Au G8, Nicolas Sarkozy s’est manifestement fait saouler par Vladimir Poutine (on imagine la scène, Sarkozy qui avait dit tant de mal du président russe avant de le rencontrer n’ose pas lui refuser une petite vodka, puis une deuxième...). À la conférence de presse, il titube, étouffe des rires, et explique qu’ils ont parlé de la Tchétchénie, des droits de l’homme et... «de la journaliste» (comprendre Anna Politkovskaïa).

...illicites
dim 10 jui 23h22 |lien|
Hier soir, ça a été au tour de François Hollande de se faire piéger. Par Ségolène Royal, qui a dû lui donner exactement les mêmes cachets que ceux qu’elle avait pris lors du premier tour des présidentielles. Résultat : le premier secrétaire du PS, épuisé, absent, a fait une déclaration presque aussi mauvaise que celle de sa compagne le 22 avril, allant jusqu’à évoquer «des pouvoirs absolus qui gouvernent de façon absolue».

Accueil | Plan | Contacts | RSS | Mailing-list | Ce site